jeudi 14 juin 2018

Bruno David : «On ne pourra pas toujours s’en tirer, il n’y a pas de planète B» !

Salut à tous,

 Du site Libération : Il y a dix ans, on était réveillé par les oiseaux, plus aujourd’hui. Un constat parmi mille autres de l’extinction majeure des espèces qui bouleverse la planète de façon irréversible.  

¨  Le naturaliste Bruno David, président du Muséum national d’histoire naturelle, partage le constat alarmiste de ses pairs. Et craint que l’homme ne soit pas capable de réagir à temps.
Les scientifiques n’ont plus de mots assez durs pour qualifier l’état de la biodiversité : «Anéantissement biologique», «défaunation aux conséquences catastrophiques»… La situation est-elle si grave ?
   J’aime bien prendre du recul. Lors des derniers 500 millions d’années, il y a eu cinq crises d’extinction majeures de la biodiversité et une cinquantaine d’autres plus petites. On peut en tirer des leçons. Premièrement, il n’y a pas deux crises identiques, elles sont toujours conjoncturelles. Deuxièmement, les crises ne tuent pas, elles ne provoquent pas une hécatombe mais sont plus pernicieuses : de génération en génération, les espèces sont moins peuplées. Une crise est mondiale et touche différents groupes d’espèces. Dernière caractéristique : elles sont brutales à l’échelle géologique, de l’ordre du million d’années en moyenne. La deuxième leçon à retenir des crises passées est qu’elles ont toutes été multifactorielles.

   On serait donc en train de provoquer et vivre la sixième extinction majeure des espèces ?
Rappelons les faits. Nous constatons un déclin mondial et extrêmement brutal de la biodiversité, qui touche des groupes extrêmement divers, les vertébrés, les insectes et la microfaune du sol. Ça n’a jamais été aussi rapide dans l’histoire. La vitesse est le facteur le plus inquiétant.
Si on extrapole les chiffres du Millenium ecosystem assessment (1) étudiant les 200 dernières années, on aboutit à une éradication de tous les mammifères en environ 10 000 ans. Et cela peut s’accélérer. De même pour le changement climatique, on est sur des vitesses de bouleversement qui ne sont pas compatibles avec la vie végétale et animale.
Vous dites que la crise actuelle est multifactorielle. Quels sont ces facteurs ?
   On parle beaucoup du réchauffement climatique, mais la plus grosse pression sur la biodiversité est le changement d’usages. C’est l’utilisation qu’on fait de la planète qui touche le plus la biodiversité. Les études sur le déclin des oiseaux communs publiées par le Muséum et le CNRS, fin mars, montrent que dans les plaines agricoles, l’utilisation des produits phytosanitaires et l’intensification des pratiques empêchent les oiseaux de se reproduire correctement. La pollution, l’agriculture, le changement climatique sont autant de facteurs qui s’additionnent.
 ( Voir l`article au complet ) 

http://www.liberation.fr/planete/2018/05/17/bruno-david-on-ne-pourra-pas-toujours-s-en-tirer-il-n-y-a-pas-de-planete-b_1650875

Pégé

Windows 7 / Windows XP Pro / Windows 10 / Ubuntu 14.04 LTS / Linux Mint 17 MacOS X iBook, version 10.4.11 ¨Tiger¨.

samedi 2 juin 2018

La biopiraterie, ce scandale du vol des savoirs ancestraux !

Salut à tous,

 Du site consoGlobe : Les savoirs ancestraux représentent toutes ces traditions pluri-millénaires conservées par les populations autochtones. Les problèmes surviennent quand des brevets sont posés par des laboratoires étrangers de recherche et développement. On parle alors de biopiraterie. 

   ¨   La biopiraterie, commence a faire de plus en plus parler d’elle ces derniers temps. Récemment encore, le brevet déposé par un l’Institut de recherche pour le développement sur une molécule antipaludique utilisée en Guyane depuis des siècles, a fait grand bruit.

Le vol des savoirs ancestraux, qu’est-ce que c’est ?

   Derrière les mots biopiraterie ou vols des savoirs ancestraux, se cache une réalité douloureuse pour les peuples autochtones.

  Il s’agit de brevets remis notamment par l’Office européen entre autres, à des laboratoires, des instituts, des groupes agroalimentaires ou pharmaceutiques occidentaux, sur des savoirs, des aliments, des traditions ou des médecines locales millénaires.

  Concrètement, comment ça marche ? Les occidentaux viennent sur place s’informer des pratiques ancestrales et vont ensuite utiliser ces savoirs pour découvrir une molécule, fabriquer un médicament, le commercialiser, le tout en profitant du monopole qu’offre le précieux brevet, que les populations autochtones n’ont, elles, jamais réclamé.

Le cas de la Guyane

   Le cas de la Guyane n’est pas isolé mais reste très parlant. Le 21 février 2018, l’Office européen des brevets a confirmé la délivrance d’un brevet à l’Institut de recherche pour le développement pour sa « découverte » de la molécule Simalikalactone E (SkE) en 2009.

    Cette molécule a été extraite de la plante Quassia amara, plus communément connue sous le nom de quinine. Une découverte ou un vol de savoirs ? Car en réalité cette plante est utilisée à cet usage depuis des siècles par le peuple guyanais.

    L’Association France Libertés a contesté ce brevet et accuse l’Institut de recherche pour le développement de biopiraterie. De leur côté, les principaux intéressés expliquent par l’intermédiaire de leur porte-parole, le jeune Tapo Aloïke que « l’Institut de recherche pour le développement (IRD) est venu en Guyane s’approprier le droit d’utilisation exclusive de la propriété antipaludique de cette plante. Ce que nous demandons ici est tout simplement le respect ».¨...
 L’Association France Libertés a contesté ce brevet et accuse l’Institut de recherche pour le développement de biopiraterie. De leur côté, les principaux intéressés expliquent par l’intermédiaire de leur porte-parole, le jeune Tapo Aloïke que « l’Institut de recherche pour le développement (IRD) est venu en Guyane s’approprier le droit d’utilisation exclusive de la propriété antipaludique de cette plante. Ce que nous demandons ici est tout simplement le respect ».¨...
( Voir l`article au complet )

https://www.consoglobe.com/biopiraterie-vol-savoirs-ancestraux-scandale-cg?utm_source=twitter&utm_medium=social 
    
  Pégé

Windows 7 / Windows XP Pro / Windows 10 / Ubuntu 14.04 LTS / Linux Mint 17 MacOS X iBook, version 10.4.11 ¨Tiger¨.

samedi 26 mai 2018

Un mariage royal d’intérêt public ?

Salut à tous,

Du site HUFFPOST Québec : Lorsqu’on utilise de l’argent public pour couvrir un mariage royal, on contribue à la valorisation d’institutions antidémocratiques et vétustes.  

¨  Beaucoup de gens ont suivi de près les péripéties entourant le mariage royal du prince Harry et de l'actrice américaine Meghan Markle. Je comprends ça. Je comprends que ça fasse rêver de se projeter dans une telle célébration aux moyens financiers illimités. Dans un monde aussi inégal que le nôtre, il est tentant de s'imaginer monter l'échelle sociale d'un coup plutôt que de réduire les inégalités qui la rendent si vertigineusement haute.

   Il y a toutefois certaines choses que je ne comprends pas. Je ne comprends pas que Radio-Canada, la société d'État mandatée pour livrer une information de qualité, investisse tant de fonds publics dans la couverture d'un mariage de vedettes. Il n'y a rien de surprenant à ce que les diffuseurs privés et les revues à potins fassent leurs choux gras de cet événement, mais quand Radio-Canada paie un envoyé spécial à Windsor et consacre une émission spéciale à l'affaire, elle ne fait pas un usage judicieux de l'argent des contribuables.
  
L'objectif de cette couverture généreuse n'est pas l'information.
   L'objectif de cette couverture généreuse n'est pas l'information. Il se peut qu'on cherche à divertir, mais le but est plus probablement de cultiver (ou créer) un attachement populaire envers les institutions monarchiques canadiennes. Voici deux réalités absurdes concernant la monarchie britannique qui font réaliser qu'on devrait passer à autre chose.

-Advertisement-
Le serment à la Reine bafoue la liberté de conscience
Saviez-vous que pour devenir citoyen, militaire ou député au Canada, vous devez prêter serment à la reine Elizabeth II, qui est aussi à la tête de l'Église anglicane? Que cela aille à l'encontre de vos croyances religieuses ou de vos convictions politiques ne fait pas fléchir la monarchie. La liberté de conscience ne vaut pas grand-chose au royaume de Sa Majesté.

 Dans notre régime politique, c'est la monarque qui est souveraine, pas le peuple.
   L'étalage de richesse qui a été déployé lors du mariage royal n'est pas le fruit d'argent durement gagné et bien mérité. Il s'agit en grande partie des restes d'une fortune coloniale passée qui appartient aux peuples auxquels elle a été arrachée. Les monarques sont des êtres oisifs dépourvus de toute utilité économique ou sociale. J'ai hâte que nous nous dissociions comme peuple de cette mascarade qui a mal vieilli¨...   ( Voir l`article au complet )

https://quebec.huffingtonpost.ca/sol-zanetti/un-mariage-royal-d-interet-public-selon-radio-canada_a_23442035/?ncid=tweetlnkcahpmg00000011

Pégé

Windows 7 / Windows XP Pro / Windows 10 / Ubuntu 14.04 LTS / Linux Mint 17 MacOS X iBook, version 10.4.11 ¨Tiger¨.

samedi 19 mai 2018

L'origine de la vie en bref !

Salut à tous,

 Du site Évolution biologique :   

  ¨  Une définition de la vie !
  Un être vivant se distingue de l'inanimé par le fait qu'il est capable de se reproduire sans aide extérieur et d'évoluer (cette définition exclue du vivant les virus qui ne se reproduisent pas sans aide extérieure et les minéraux qui n'évoluent pas). Pour se reproduire l'être vivant doit pouvoir réaliser un certain nombre de réactions chimiques qui constituent le métabolisme.

   Un être vivant se distingue de l'inanimé par le fait qu'il est capable de se reproduire sans aide extérieur et d'évoluer (cette définition exclue du vivant les virus qui ne se reproduisent pas sans aide extérieure et les minéraux qui n'évoluent pas). Pour se reproduire l'être vivant doit pouvoir réaliser un certain nombre de réactions chimiques qui constituent le métabolisme.

Le paradoxe de l’œuf et de la poule !

   Au cours du métabolisme, les molécules caractéristiques des êtres vivants (protéines, ADN, glucides, lipides) sont fabriquées à partir de molécules simples : acides aminés, acides gras, nucléotides, sucres simples qui sont des sortes de briques élémentaires.

    Ces synthèses ont besoin de protéines comme catalyseurs : ce sont les enzymes. La synthèse des protéines nécessite bien sûr des enzymes mais aussi la présence de l'ADN qui contient l'information nécessaire à leur synthèse. L'ADN lui même n'est pas immuable et doit être fabriqué lorsque l'être vivant se reproduit et sa synthèse nécessite des ... enzymes. Qui fut la première des deux molécules?

    L'ADN ? Impossible il faut des protéines pour le fabriquer. Les protéines alors? Impossible il faut de l'ADN pour les fabriquer. Pour tourner ce paradoxe il nous faut trouver comment réaliser des synthèses sans protéines enzymatiques à partir des briques élémentaires de la vie. Résoudre ces deux problèmes c'est comprendre l'origine de la vie.

 Des briques primitives aux premières cellules !

   Comment se sont formées ces briques primitives et quels furent les premiers métabolismes? Il est probable qu'ils se produisirent dans la mer primitive et donnèrent naissance aux premières molécules d'ARN. L'apparition de la membrane cytoplasmique, en compartimentant la mer primitive en minuscules cellules, allait permettre le sélection naturelle. Les plus anciennes traces de la vie sont rares et ce sont déjà des vestiges pourvus d'une membrane¨.

http://www.evolution-biologique.org/histoire-de-la-vie/origine-de-la-vie/une-definition-de-la-vie.html

 Pégé

 Windows 7 / Windows XP Pro / Windows 10 / Ubuntu 14.04 LTS / Linux Mint 17 MacOS X iBook, version 10.4.11 ¨Tiger¨.

lundi 14 mai 2018

Vivre en harmonie avec soi-même !

Salut à tous,  

Du site Mieux vivre autrement : Vivre en harmonie avec soi-même est un véritable atout au quotidien. Lorsque je suis en harmonie avec moi-même, je suis en accord avec l’ensemble des personnes qui m’entourent. Mes désirs et mes sentiments sont en lien direct avec ce que je fais ou entreprends. Pour vivre cette harmonie, il faut simplement oser être soi-même.

   ¨ Il est possible de vivre en harmonie avec soi-même en étant vrai, en recherchant cette vérité propre qui n’appartient qu’à nous même. En d’autres termes, on ne doit pas s’obliger ou se faire violence pour accepter quelque chose ou quelqu’un. Il faut être capable d’exprimer ses désaccords même avec ceux que nous estimons.

 Chasser ses pensées négatives !

   Avec la situation économique morose et les tensions internationales qui font l’actualité; l’inquiétude pour l’avenir est grande chez certaines personnes. Beaucoup ont perdu leur flamme intérieure. Il est important que chacun puisse retrouver la maîtrise de soi pour ressentir cette paix intime si bénéfique.
Pour cela, les pensées doivent cesser de se focaliser sur les difficultés, elle existent, c’est un fait. Y penser sans arrêt ne permet ni de les résoudre, ni de se trouver dans l’état d’esprit d’apaisement nécessaire à la prise de décision.

   Désencombré de la négativité, notre esprit est en condition pour trouver l’harmonie entre ce qui est en nous et ce qui se présente à nous. Ainsi, on est bien plus à même de pouvoir gérer l’ensemble de nos obligations personnelles, familiales et professionnelles.

Se débarrasser de ses souffrances

   La souffrance, puis l’habitude de la souffrance, sont des obstacles insurmontables à qui cherche l’harmonie intérieure. Des blessures anciennes qui persistent sont souvent à l’origine de souffrances lancinantes.

   Ces blessures doivent trouver l’accueil bienveillant qui permettra de les résoudre et pouvoir constater ensuite qu’elles auront – enfin – réellement disparu. Cette écoute, vous pouvez l’avoir par vous-même ou la rechercher auprès d’une bonne personne dans votre entourage.

Apprendre à s’aimer pour ouvrir son champ des possibilités

   Ainsi débarrassé de vos pensées négatives, de vos conflits intérieurs et de vos souffrances : vous accédez à la paix intérieur. Vous êtes en harmonie avec votre moi profond. Les bénéfices ressentis sont nombreux et appréciables.

   Les difficultés de la vie n’apparaissent plus comme insurmontables. Vos relations aux autres sont saines et mutuellement bienfaisantes. Vous accomplissez vos actes avec bonheur. Au final, vous apprenez à apprécier celle ou celui que vous êtes réellement. A partir de là : tout devient possible. Il n’existe plus aucune barrière à votre épanouissement personnel.

Pégé

Windows 7 / Windows XP Pro / Windows 10 / Ubuntu 14.04 LTS / Linux Mint 17 MacOS X iBook, version 10.4.11 ¨Tiger¨.

lundi 7 mai 2018

Pierre Rabhi : « L'enfant a cette faculté de rester aligné à l'essentiel» !

 Salut à tous, 

Du site Kaisen : À l’occasion de la sortie de ses deux derniers livres dédiés aux enfants, Pierre Rabhi L’enfant du désert et Demain entre tes mains, l’agriculteur philosophe nous livre sa vision de l’enfance. En conteur poétique, il invite aussi les adultes à renouer avec leur part d’innocence et de créativité, pour impulser leurs actions. 

   ¨ Qu’est-ce que l’enfance vous évoque ?
   Nous passons tous par cette étape de la vie, où nous sortons du ventre de nos mères pour entrer petit à petit dans une forme d’initiation au monde, qui passe par des phases d’innocence. Notre regard est alors pur de tout préjugé. L’enfance est très marquée par le sensoriel et le ressenti. C’est un temps extraordinaire et il est dommage que cela ne dure pas toute la vie !

   L’enfant a une forme d’innocence qui se réfère à un champ de connaissance encore limité, puisqu’il est en évolution de ses connaissances. C’est pourquoi, il regarde les choses de façon beaucoup plus objective et directe que l’adulte, dont le regard est souvent brouillé par le mental et la mémoire. C’est un regard très réaliste.

Qu’est-ce qui vous surprend le plus chez l’enfant ?

   Dernièrement j’ai vu un reportage sur les bombardements en Syrie, où l’on voyait une ville démolie… et malgré tout, dans une rue, il y avait un petit groupe d’enfants qui jouait au milieu de ces ruines. Cette faculté de rester aligné à l’essentiel en plein milieu de la tragédie m’a parue vraiment significative de ce que l’enfance peut générer, l’image qu’elle peut donner presque dans la relativisation du drame…
  
Le jeu serait-il un moyen privilégié de vivre l’instant présent ?
   Je pense que le jeu est l’imaginaire qui rend totalement libre. Quand j’étais enfant par exemple, mon vélo c’était simplement un fil de fer tordu et un guidon. Avec d’autres enfants, on courrait en se représentant notre vélo. Cela nous amenait presque à ressentir les choses de façon directe et innocente. On avait cette capacité à imaginer et à finalement ne pas être prisonnier de la réalité concrète. Une certaine réalité dans laquelle on rentrera plus tard, parce que la raison et l’intellect se mettent en route avec parfois une objectivité tellement rigoureuse, qu’elle en évacue le rêve…

Comment renouer avec cette part d’enfant en nous ?

   Peut-être en retrouvant justement cette simplicité, cette innocence qui fait que nous sommes dans cette pureté qui nous offre ce sentiment de légèreté et de réalité. Tout en étant aussi conscient des drames comme la pollution, les guerres, etc., on peut s’interroger : est-ce que je dois m’apitoyer sur tous les désastres sur terre, ou bien est-ce que je peux faire quelque chose qui puisse me permettre d’essayer de servir, plutôt l’innocence et ce qui est positif, et renoncer ainsi à ce qui est négatif ? C’est un peu ce que m’avait inspiré la légende du colibris. On fait sa part, même si elle est petite. De tout façon on n’a pas beaucoup le choix. Avec cette petite part, j’essaie, avec toute la modestie que cela exige, d’être quand même vivant ! Sinon je me sens victime et impuissant…¨...
( Voir l`article au complet )

https://www.kaizen-magazine.com/article/pierre-rabhi-lenfant-a-cette-faculte-de-rester-aligne-a-lessentiel/

Pégé

 Windows 7 / Windows XP Pro / Windows 10 / Ubuntu 14.04 LTS / Linux Mint 17 MacOS X iBook, version 10.4.11 ¨Tiger¨.

samedi 28 avril 2018

Fanatiques d’hier et d’aujourd’hui !

Salut à tous, 

Du site Books : « Fanatique : héros qui, pour le triomphe de ses préjugés, est prêt à faire le sacrifice de votre vie ».

   ¨ Peu connu en France, l’humoriste québécois Albert Brie consigna cette formule définitive en 1978 dans sa chronique « Le mot du silencieux » fournie au quotidien Le Devoir. Il est mort il y a trois semaines, sans avoir assisté aux tragiques attentats de Beyrouth et Paris (n’oublions pas Beyrouth, ni Bagdad, ni le meurtre de libres penseurs au Bangladesh). En 1978, Daech n’existait pas encore, ni même les talibans. Le fanatisme auquel pensait Albert Brie était celui de la Faction armée rouge, auteur de la sanglante prise d’otages à l’ambassade d’Allemagne à Stockholm en 1975, et celui des terroristes palestiniens, contre Israël et entre factions rivales (175 morts à Beyrouth en août 1978).

    « On entend aujourd’hui par fanatisme une folie religieuse, sombre et cruelle, écrivait Voltaire dans son Dictionnaire philosophique, publié en 1764 à Genève. […] Celui qui soutient sa folie par le meurtre est un fanatique […]. Le plus détestable exemple de fanatisme est celui des bourgeois de Paris qui coururent assassiner, égorger, jeter par les fenêtres, mettre en pièces, la nuit de la Saint-Barthélémy, leurs concitoyens qui n’allaient pas à la messe ». Nous l’avons appris depuis, l’adjectif « religieux » doit s’entendre au sens large, très large même. Voltaire écrivait avant le communisme, la foi nazie, la Révolution culturelle, Pol Pot et le Rwanda. De ce point de vue, le fanatisme islamiste est un retour aux sources.
   
   Le mot vient du mot latin fanum, temple. Le fanaticus était le serviteur du temple. Le sens figuré semble a être apparu pour désigner, à Rome, les prêtres du culte voué à Bellone, déesse de la guerre. Ils défilaient en se tailladant bras et cuisses, recueillant le sang dans la paume de la main pour en faire des libations à la déesse. Le mot apparaît chez Rabelais (Bacchus « est de cerveau phanatique ») et à la même époque en Angleterre, avant même que n’éclatent les guerres de religion. Plus tard Bossuet décrit les Quakers, « les trembleurs, gens fanatiques qui croient que toutes leurs rêveries leur sont inspirées ».

   Dans L’Encyclopédie éditée par Diderot, Alexandre Deleyre rédige le long article « Fanatisme », « zèle aveugle et passionné, qui naît des opinions superstitieuses, et fait commettre des actions ridicules, injustes et cruelles ; non seulement sans honte et sans remords, mais avec une sorte de joie et de consolation ». Ironie de l’histoire, Deleyre, devenu député de la Constituante, votera la mort de Louis XVI en l’accusant de « fanatisme » et en déclamant : « Marchons donc […], nous à la guerre et Louis à la mort » ; après quoi il soutint la Terreur.

   Laquelle Terreur apporta un démenti saignant à l’une des rares professions de foi optimistes de Voltaire, qui écrivait en 1768 à Mme du Deffand : « Heureusement le fanatisme est sur son déclin d’un bout à l’autre de l’Europe ». Venait alors de paraître un livre bien oublié aujourd’hui, Le fanatisme des philosophes, du journaliste iconoclaste Simon-Nicolas Linguet. Publié à Londres en 1764, ce pamphlet s’en prend aux philosophes qui prétendent nous débarrasser du fanatisme religieux mais en véhiculent un autre, de nature intellectuelle : « Le fanatisme religieux ensanglante la Terre […]Le fanatisme philosophique, moins destructeur en apparence, est-il moins funeste ? Parce qu’il est plus tranquille, faut-il croire qu’il soit moins nuisible ? […] Il n’égorge pas les hommes au nom de Dieu, mais il les empoisonne ». Le politiquement incorrect Linguet tombera sous le couperet de la « sainte » guillotine en 1794¨...  ( Voir l`article au complet )

https://www.books.fr/fanatiques-dhier-et-daujourdhui/

Pégé

 Windows 7 / Windows XP Pro / Windows 10 / Ubuntu 14.04 LTS / Linux Mint 17 MacOS X iBook, version 10.4.11 ¨Tiger¨.

jeudi 19 avril 2018

Climat : Le Gulf Stream peut-il s'arrêter ?

 Salut à tous,   

Du site Futura Planète : Le Gulf Stream est le principal système de courants de l'Atlantique occidental. Formé à l'Est de la Floride par plusieurs masses d'eaux issues du Golfe du Mexique, il se divise en segments, aux tracés sinueux, dirigés vers l'Est et le Nord-Est. 

  Le système climatique est une machine à convertir et à distribuer l'énergie que la terre reçoit du soleil. C'est un système complexe aux acteurs multiples. Outre le soleil, source exclusive d'énergie pour le système, les différents compartiments terrestres jouent chacun leur partition. Les continents qui absorbent une part de l'énergie solaire et la restituent à l'atmosphère avec une intensité qui dépend des propriétés de leur surface et de la végétation qu'ils portent. La cryosphère (calottes glaciaires du Groenland et de l'Antarctique, banquises) qui renvoie, par réflexion, vers l'espace une quantité d'énergie perdue pour le système climatique qui dépend de l'état de la glace mais surtout de la surface englacée. L'océan et l'atmosphère qui sont les deux fluides de transfert de chaleur des régions équatoriales vers les hautes latitudes.

   Tous ces éléments du système climatique, soleil compris, évoluent en permanence avec des vitesses qui leur sont propres et qui sont très différentes. Toute variation, toute perturbation de l'un d'entre eux retentit sur les autres qui réagissent à leur propre rythme. Le système climatique court après un équilibre qu'il ne peut jamais atteindre. Il varie sans cesse à toutes les échelles de temps. L'essentiel est pour nous qu'il soit suffisamment stable pour rester dans des amplitudes et vitesses de variation supportables.

   Assurant le transport et la distribution de l'énergie thermique l'atmosphère et l'océan sont les agents dynamiques du système. En permanence en contact l'un avec l'autre ils ne cessent d'échanger de l'énergie entre eux et sont indissociables. C'est le couple qu'ils forment qui gère le climat de la planète aux échelles de temps qui nous concernent. Toute la difficulté de traduire ce couplage vient de ce qu'ils ont des propriétés et des vitesses d'évolution très différentes.

   L'atmosphère n'a guère de mémoire. Il a un temps de réponse très court aux perturbations dont il est l'objet et il évolue très rapidement (photo 1). C'est toute la difficulté de la prévision météorologique. Actuellement, les services météorologiques avancent une prévision à sept jours. En dépit des progrès de la modélisation de l'atmosphère il semble qu'il y ait une limite, un horizon, au-delà duquel il sera toujours impossible de faire une prévision météorologique c'est à dire un temps au bout duquel l'état de l'atmosphère sera complètement indépendant de ce qu'il était à l'instant initial. Cet horizon est vraisemblablement d'une quinzaine de jours¨...  ( Voir l`article au complet )

https://www.futura-sciences.com/planete/dossiers/climatologie-gulf-stream-peut-il-arreter-637/

Pégé

 Windows 7 / Windows XP Pro / Windows 10 / Ubuntu 14.04 LTS / Linux Mint 17 MacOS X iBook, version 10.4.11 ¨Tiger¨.

mercredi 11 avril 2018

Géopolitique : Le diable est aux vaches ! (*)

Salut à tous, 

Du site Huffpost Québec : Les exemples actuels de dérives autoritaires sont trop nombreux de par le monde pour les ignorer !

   ¨ (*) Cette vieille expression française, synonyme de confusion, de chaos et de désordre, traduit bien l'état du monde actuel.

   Lorsque le leader du monde libre, les États-Unis d'Amérique, cesse d'être un phare dans la nuit des peuples, lorsque la plus grande démocratie implose sous le poids de ses propres faiblesses érigées en dogmes constitutionnels intouchables (comme le droit de porter des armes), lorsque le président de ce pays-là en vient à se conduire comme un bully de cour d'école, alors les repères moraux disparaissent et l'on se retrouve dans un monde où règne la loi du plus fort.

Loin de la Déclaration d'Indépendance et des nobles principes démocratiques qui l'inspirèrent, au lieu de servir d'étoile polaire politique, le compas moral américain, depuis la Guerre d'Irak et en particulier sous l'administration actuelle, cède la place à une girouette qui désoriente les nations du monde qui étaient pourtant prêtes à s'orienter sur l'idéal démocratique.
-Advertisement-

La loi et l'ordre

   La « loi du plus fort » est généralement accompagnée d'un complément : l'ordre. On revient donc à l'idée ultraconservatrice de la loi et l'ordre, couple « enfanteur » des pires dérives autoritaires et populistes.

   Et comme un refrain incantatoire, on nous répète qu'il faut maintenir la loi et l'ordre, la loi et l'ordre, la loi et l'ordre...

   Mais de quelle loi et de quel ordre parle-t-on? Un ordre constitutionnel, imposé au plus faible par le plus fort, pour enfermer des peuples, aujourd'hui les Catalans et qui sait demain les Québécois, dans des prisons juridiques? Un ordre économique qui se traduit le plus souvent par l'esclavage des peuples et des individus et leur soumission aux diktats et aux intérêts des entreprises multinationales, sans nom et, surtout, sans conscience?

    <<Quiconque remet en cause le bien-fondé de la logique économique, même si elle mène à la surconsommation, au gaspillage, au dépeuplement des régions agricoles et, on le voit trop bien, à un saignement à blanc des ressources de la planète, se fait taxer de gauchisme>>¨...
( Voir le blogue au complet) 

https://quebec.huffingtonpost.ca/patrice-dallaire/le-diable-est-aux-vaches-1_a_23318604/?ncid=tweetlnkcahpmg00000011

Pégé

Windows 7 / Windows XP Pro / Windows 10 / Ubuntu 14.04 LTS / Linux Mint 17 MacOS X iBook, version 10.4.11 ¨Tiger¨.

mercredi 28 mars 2018

Commentaire : Combattre... Pourquoi ?

Salut à tous,  


Du journal local Le Quotidien, un commentaire d' un lecteur, Martin Belley, Saint-Nazaire, Lac-Saint-Jean.

   ¨À écouter les gens parler, c' est à croire que tout le monde ou presque combat ou se bat contre quelque chose ! Le monde médial combat la maladie, les religieux combattent les hérétiques. les enseignants combattent l`ignorance, les hygiénistes combattent la ¨malbouffe¨, les policiers combattent les criminels, les pompiers combattent les feux, les environnementalistes combattent la pollution, les travailleurs combattent pour garder leurs emplois, les employeurs combattent la compétition, les gouvernements combattent la pauvreté et le chômage, les sportifs combattent leurs adversaires, les nations combattent d'autres nations, etc.
  
   Mettez-en, çà fini plus de combattre ou de se battre ! Enfin, bien du monde est au ''bat'' et bien du monde se sent battu et parfois abattu. C'est peut être cela qui a inspiré quelqu'un à écrire sur un mur à Québec, et il a été payé pour cela : '' Vous n'êtes pas écoeurés de vous battre bande de caves ''.
  
   Pourtant, au lieu de se battre, le dictionnaire fournit les verbes  appropriés à chaque action : guérir, convertir, instruire, éduquer, arrêter, éteindre, exterminer, créer, éradiquer, dépasser, s'entendre. Mais non, il faut se battre, livrer combat  plutôt que solutionner. Que voulait-il nous dire cet artiste de Québec avec sa maxime qui détonne ? Sûrement voulait-il nous dire de voir la vie autrement qu'un combat. Car se battre, combattre, fait référence à une bataille et dans une plus grande mesure, à la guerre. Çà nécessite de l'énergie négative de colère qui cache de la peur psychologique.
  
   Puis, c'est fatiguant de se battre. Ça fait des dommages collatéraux et ça intoxique les combattants. Ça fait des vainqueurs et des vaincus. mais ça ne solutionne rien, sinon jamais de satisfaction. Que le combat soit avec soi-même ou avec d'autres, ça laisse un goût amer et de l'animosité.
  
   Se battre pour avoir raison ? Ça donne quoi avoir raison si ça ne rend pas heureux ? Ça flatte l'ego et ça le fait grossir. Qui dit combat, dit armes. Que ce soit en pensée ou avec des armes matérielles, le résultat est le même dans l`esprit. La pensée, c`est très puissant et çà l`est davantage lorsqu`elle est devenue une croyance, c`est-à-dire une pensée entretenue.
  
   Une pensée venant seulement du mental, c`est peu lumineux. C`est comme s`éclairer à la chandelle. Si le combat égale la guerre, son contraire, c`est la paix. Une pensée de paix vient de l`intelligence du cœur. Elle est lumineuse et véridique. Combattre, c`est voir un ennemi peu importe la forme et de le tuer du moins en pensée. Il n`y a pas d`autre façon de solutionner un problème que par la lumière intérieure et la vérité.
  
   Celles-ci sont en soient simples et n`ont pas besoin d`être défendues. La défense et l`attaque sont les deux côtés d`une même médaille. Comme pour les plantes, nous n`avons pas à dire à la lumière du soleil quoi faire. L`humilité est de mise. Mais, notre mental qui veut diriger notre vie ne l`entend pas ainsi. C`est seulement un outil à notre service. Mais quand c`est lui qui mène, il ment lamentablement en proposant de faire de la vie un combat plutôt que de vivre l`instant présent, sans peur et sans reproche, mais avec la paix intérieur¨.

Pégé

Windows 7 / Windows XP Pro / Windows 10 / Ubuntu 14.04 LTS / Linux Mint 17 MacOS X iBook, version 10.4.11 ¨Tiger¨.